Plan Infrastructures 2016-2019

En complément des moyens annuels que la SOFICO consacre à l’entretien du réseau structurant, elle peut également compter, depuis 2016, sur le lancement d’un Plan Infrastructures pour réhabiliter en profondeur le réseau. Ce Plan Infrastructures 2016-2019 s’inscrit dans la poursuite des efforts menés dans le cadre du Plan Routes et comprend un ensemble de projets pour un montant total de près de 350 millions d'euros.

Les besoins étant conséquents, une approche méthodologique a été adoptée via des outils appropriés en vue d’identifier les besoins prioritaires et de permettre la réalisation d’un ensemble de projets de développement, de sécurisation et de réhabilitation de diverses voiries régionales en Wallonie.

Concernant le réseau structurant de la SOFICO, ce plan d'investissement comprendra ainsi un ensemble de projets pour un montant total de près de 350 millions d’euros. Ces projets concernent la réhabilitation des revêtements, la sécurisation des infrastructures, la réfection d’ouvrages d’art, le développement d’aires autoroutières et de parkings de covoiturage, la création de routes de l’emploi, la réfection de bassins d’orage, la pose de panneaux antibruit, ainsi que la modernisation du réseau (ITSéclairagePerex 4.0…).

Le Plan Infrastructures vise notamment à moderniser les infrastructures et à privilégier l’intermodalité, afin de favoriser le développement socio-économique de la Wallonie et de doper la création d'emplois. Le but poursuivi est d’utiliser les moyens financiers dégagés de la manière la plus efficiente en réalisant les investissements là où ils sont le plus pertinents, c’est-à-dire quand ils permettent de répondre à des besoins clairement identifiés comme prioritaires sur base de critères objectifs.

Le Plan Infrastructures est le fruit d'une collaboration avec un bureau de consultants mandaté pour étudier les grands enjeux d'infrastructures en Wallonie et les gains socio­économiques liés à son entretien et à son développement. Il vise à développer l’interaction des infrastructures - autoroutes, routes régionales et voies navigables - dans une perspective nouvelle de coordination plus étroite entre les différents réseaux.

Ce plan d’investissement s'articule autour de différents volets :

  • La poursuite de la réhabilitation des grands axes routiers et autoroutiers, ainsi que des ouvrages d’art
  • La réhabilitation et la sécurisation des traversées d’agglomérations et des routes du réseau régional dit « secondaire »
  • Le développement des « routes de l'emploi » qui consiste à booster les investissements en faveur des accès aux parcs d’activités économiques, aux zones hospitalières…
  • Le renforcement de la complémentarité entre les moyens de transport routier et fluvial
  • L’intégration des voiries dans leur environnement (dispositifs anti-bruit, bassins d’orage, aménagements paysagers…)
  • Le développement des voies navigables et l’achèvement complet de la mise à 9000 tonnes de gabarit de la Moyenne et de la Basse Meuse entre Namur et Anvers/Amsterdam et Rotterdam

Le bilan actuel du Plan Infrastructures, dressé en mars 2018, permet de constater que, sur l’enveloppe de 350 millions d’euros, 95 dossiers ont été déjà engagés pour un montant de 306 millions d’euros (87,5%), dont 44 se trouvent déjà réalisés pour un montant de 81 millions d’euros, le solde ayant déjà donné lieu à 21 millions d’euros de décaissement.

 

Plusieurs chantiers ont abouti en 2017 :

  • la réfection de la N4 entre Bastogne et Martelange,
  • la sécurisation et la réhabilitation de l’A604 entre Grâce-Hollogne et le pont de Seraing.

D’autres ont démarré en 2017, notamment :

  • en août, le chantier de mise à trois voies de l’E42/A15, entre Andenne et Daussoulx, dont la durée est estimée à un an,
  • en novembre, la démolition du pont de Pommeroeul sur l’E42/A16, dont la reconstruction devrait être terminée fin 2019.