Liaison autoroutière E25-E40

Depuis la mise en service en juin 2000 de la liaison E25-E40, l’axe autoroutier Amsterdam-Milan est complètement achevé ! Long de 12,5 kilomètres, ce dernier maillon assure une connexion directe entre les autoroutes situées au nord et à l’ouest de l’agglomération liégeoise (E40/A3, E42/A15, E313/A13) et celle de Liège-Luxembourg (E25/A26), désengorgeant ainsi notamment les quais de la dérivation au centre de Liège.

Six années de travaux ont été nécessaires pour aménager le dernier tronçon de la liaison, long de 3,8 km, qui comprend plusieurs ouvrages d’art :

  • L’échangeur des Guillemins et le pont de l’Observatoire
  • Le tunnel sous Cointe (le plus long de Wallonie)
  • Le Pont du Pays de Liège, pont haubané sur la Meuse
  • Le quadrilatère de Kinkempois et la tranchée couverte du canal de l’Ourthe
  • Le tunnel et échangeur des Grosses-Battes

Chiffres-clés

  • Le trafic de la liaison E25-E40 varie aujourd’hui entre 70 000 et 90 000 véhicules par jour, selon les heures de fréquentation.
  • La moyenne s'élève à 76 000 véhicules par jour.
  • Pendant environ 185 jours de fonctionnement par an, la fréquentation du tunnel de Cointe est supérieure à 82 000 véhicules par jour.
  • Pendant environ 26 jours, le trafic est supérieur à 90 000 véhicules par jour.

 

Une amélioration continue de la sécurité

Pour pouvoir offrir des conditions de sécurité et de mobilité optimales aux usagers qui empruntent la liaison E25-E40, celle-ci est fermée tous les trimestres durant 4 nuits d’affilée (de 21h00 à 6h00). Cette fermeture permet d’effectuer les traditionnels travaux d'entretien et de maintenance : nettoyages, entretien de la ventilation et des équipements électromécaniques. Elle est également mise à profit par les services de secours pour procéder à divers exercices sur le terrain.

Etant donné que la liaison E25-E40 compte deux tunnels de plus de 500 mètres se trouvant sur le Réseau transeuropéen de transport, une directive européenne sur la sécurité des tunnels impose à la SOFICO certaines conditions de sécurité. La surveillance du trafic de la liaison s'effectue donc depuis le Centre Tilleuls, en bordure de la liaison, où des opérateurs sont présents 24 heures sur 24.

Pour les aider dans leur mission, la liaison est équipée de 130 caméras dotées du système de détection automatique d'incident (DAI). Cette technologie permet de détecter des anomalies telles qu’un arrêt de véhicule, un ralentissement, un piéton, l'apparition de fumée... Un signal est envoyé à l'opérateur qui doit alors vérifier si l'alerte en est bien une, et en fonction, mettre en place un scénario adapté.

 

Deux changements majeurs en ce début d’année 2018

Le premier a été de prendre la décision de ne plus allumer en permanence les signaux d’affectation des voies. En effet, depuis le 15 janvier 2018, les signaux d’affectation des voies, ou « SAV », présents au-dessus des bandes de circulation de la liaison E25-E40, sont allumés uniquement lorsque la situation l’exige. Par cette mesure, la SOFICO souhaite que les usagers prêtent une meilleure attention à cette signalisation dynamique pour améliorer leur sécurité, ainsi que l’accès éventuel des services de secours. Jusqu’à cette date, lorsqu’aucun incident n’était en cours, des flèches vertes verticales pointées vers le bas apparaissaient en permanence sur ces panneaux. Le retour d’expérience montre que cet allumage en continu peut conduire les usagers à ne plus les regarder. Or, lorsque ces flèches vertes sont remplacées par des croix rouges, cela signifie que la voie est condamnée, la plupart du temps suite à un incident ou encore suite à la tenue de travaux ou pour une opération urgente de maintenance. Il est donc essentiel qu’aucun véhicule n’y circule afin d’éviter toute collision mais aussi pour laisser le passage libre pour une intervention rapide des services d’intervention et de secours, seuls autorisés à y circuler.

Ces SAV font partie de la signalisation dynamique de la liaison, composée de plus 650 panneaux. Ils sont tous activés depuis le Centre de contrôle et de commande des Tilleuls, situé en bordure de la liaison, où des opérateurs sont présents 24h sur 24 et 7 jours sur 7. C’est ainsi qu’il est par exemple possible de moduler la vitesse et les voies disponibles dans la liaison, lors d’un incident ou lorsque la densité du trafic l’exige. Ce dispositif concourt à une circulation fluide et à une sécurité optimale sur la liaison.

Le second changement consiste en une adaptation du « Plan Interne de Sécurité » de la liaison. Ce Plan, qui permet d’établir les procédures en cas d’accidents ou d’incidents dans la liaison, est devenu en avril 2015 le « Plan d’Intervention d’Urgence ». La création de ce nouveau Plan s’est avérée nécessaire pour harmoniser la terminologie utilisée, simplifier le schéma d’alerte réflexe, modifier les scénarios de fermeture et d’intervention dans la liaison afin de répondre aux principes de fluidité dans les ouvrages tels qu’imposé dans la directive européenne relative aux exigences de sécurité minimales applicables aux tunnels du réseau routier transeuropéen. Approuvé en avril 2015 par le Conseil d’Administration de la SOFICO, ce PIU a cependant dû être réévalué de manière collégiale par les différents intervenants pour approfondir certains points et être présenté sous une nouvelle mouture au CA de la SOFICO en janvier 2018. L’objectif est de le rendre opérationnel lors de la fermeture trimestrielle de la liaison en juin 2018. Des exercices de mise en situations seront également réalisés en amont afin de veiller à l’efficacité de ce nouveau plan.